ARCAUX de BOIS-HIMONT

L’atelier conditionnement déconditionne

Après le confinement, l’activité de l’atelier sous-traitance était plutôt calme. Alors quand le GIE a proposé un appel d’offre de l’entreprise McBride pour du déconditionnement de lessive, les professionnelles se sont concertées et ont saisi l’opportunité.

La mission à réaliser est le déconditionnement de sacs de 2kg de lessive en poudre dans des « big bags » de 750kg.

« On s’est dit que l’on avait la place, avec le nouveau bâtiment que l’on a. Il fallait juste réfléchir à comment faire techniquement. » C’est alors très rapidement que la réponse est envoyée et que les professionnelles réfléchissent à l’organisation à mettre en place.

En mixant leurs idées et grâce à une certaine complémentarité dans l’équipe, l’entrepôt de stockage devient un véritable atelier de déconditionnement. « Lorsque la cliente est venue sur le site nous avions déjà mis en place l’installation et elle a été agréablement surprise. »

Tout est alors pensé et rien n’est fait au hasard afin d’assurer la sécurité des travailleurs, d’adapter les postes de travail et de garantir une qualité de travail optimale. Tout commence à l’arrivé du camion, réceptionné par une monitrice qui note la traçabilité. Les palettes sont ensuite rangées de telle sorte à ne pas mélanger les différentes références de lessives. Puis 2 travailleurs ESAT sont en charge d’ouvrir les paquets de lessive.

Ces paquets sont mis sur palettes et amenés, à l’aide du gerbeur, par un travailleur qui a l’habilitation de conduite, au dernier maillon de la chaîne. Ce dernier travailleur, « le videur »,  est installé en hauteur et vide chacun de ces sacs dans le big bag, suspendu aux étagères du bâtiment. Tout ceci génère beaucoup de déchets, également traités par les travailleurs de ce même atelier. Le carton est alors revalorisé et les sachets plastiques jetés sont compactés en balle plastique, représentant 250 kg par camion.

Si tout est fourni par le client, l’installation est 100% « faite maison », avec du matériel récupéré, comme par exemple le podium utilisé pour certains événements d’ARCAUX qui est fixé à des palettes, équipé de rambardes et qui permet de travailler en hauteur en toute sécurité.

Le seul investissement a été d’équiper les travailleurs de masques jetables et les  « videurs » de masques à cartouches, de lunettes de protection et de combinaisons jetables.

Véritable travail d’équipe, chacun peut y participer et travailler ainsi avec différents collègues, ce qui est particulièrement apprécié.

Jessy C. « Ҫa va, ça me plait comme activité. J’étais un des premiers à le faire et les monitrices m’ont dit que je faisais bien mon travail. »

Karine B. : « J’ai commencé hier et je me sens bien sur l’activité. Je me sens à l’aise. »

Cédric G. : « Si on pouvait le faire plus souvent… C’est une activité physique ça fait du bien. »

Romain G. : « J’aime bien car ça me permet de bouger, de me challenger en allant toujours plus vite. »

« Au début nous devions faire que 3 camions et finalement la cliente nous a rappelé pour savoir si nous pouvions continuer et faire un camion supplémentaire. Même si nous avions déjà tout démonté, nous avons répondu favorablement. » Et il semblerait que ce ne soit pas terminé…

Tagged , , ,

Related Posts

Commentaires fermés.

• Archives des articles
• Suivre l’Arcaux