ARCAUX de BOIS-HIMONT

L’île de la réunion s’invite chez ARCAUX

L’ESAT ARCAUX comme beaucoup d’ESAT en France, participe au dispositif « Différent et Compétent » qui accompagne les travailleurs accueillis en ESAT souhaitant faire reconnaitre leurs acquis et leur expérience. La France, c’est aussi les départements et territoires d’outre-mer comme l’île de la Réunion.

C’est par l’intermédiaire de ce grand réseau « Différent et Compétent » que deux travailleurs d’un ESAT de l’île de la Réunion ont exprimé, au travers de leur Projet personnel Individualisé, la volonté de comparer les méthodes de travail dans le domaine de l’arboriculture et de la production de fruits.

C’est ainsi que Jean-Daniel et Alain ont posé les pieds sur le sol de France métropolitaine à la fin du mois de juin pour une période de stage de 4 semaines. Eric, moniteur d’atelier de la production fruitière, et son équipe ont accueilli les deux travailleurs un peu perturbés par le changement de climat, afin de leur faire partager les méthodes de cultures françaises bien différentes des méthodes Réunionnaises.

                                            DSC_1094

Jean Daniel et Alain ont particulièrement apprécié leur séjour en métropole et ont sympathisé avec l’ensemble des travailleurs de l’ESAT et en particulier avec  Marcel, chez qui ils étaient hébergés.

Fort de cette expérience, aujourd’hui,  Marcel a comme projet de faire le voyage inverse afin de retrouver ces deux amis dans leur environnement  de travail. Si ce projet ambitieux voit le jour, Marcel découvrira la culture de la vanille et de l’ananas, mais de là à ce que cette culture se développe  à ARCAUX, il faudrait un réel réchauffement climatique.

 

Le cidre « cuvée 2012  » s’annonce excellent !!!

imageProducteur de pommes, de poires et de fruits rouges depuis de nombreuses années, l’ESAT ARCAUX a développé ces dernières années, la transformation de ses produits frais en confectionnant des jus de fruits (jus de pommes et poires mais également des compositions telles que pommes – cassis, pommes – framboises, groseilles – rhubarbe). La fabrication de confitures et gelées est venue compléter la palette de produits proposés aux clients de notre magasin.

 

La naissance d’un nouveau produit

En 2002, nous avons sélectionné une parcelle de terrain sur le site du château de Bois-Himont pour y planter 39 pommiers à cidre de différentes variétés sur les conseils avisés et avec le soutien logistique du Parc Naturel Régional  des Boucles de la Seine Normande. ( les variétés : Antoinette, Douce de Mouen, Clos Renou, Mettais, Bedan et Douce Coetligné).                                                                        

Le temps de laisser la nature s’exprimer et les premières modestes récoltes sont arrivées. Ces quelques rasières  de pommes ont d’abord été vendues.

imagePuis, lors d’un marché fermier et de produits du terroir, nous avons rencontré un jeune fermier de la région, Monsieur François-Xavier CRAQUELIN, producteur de cidre fermier et exploitant agricole, sur la commune de Villequier (à 10 kilomètres de Bois-Himont) . Il  nous a conseillés et accompagnés dans un projet de fabrication de cidre avec notre propre production de pommes.

 

 

Le cidre traditionnel d’ARCAUX est né dès la saison suivante. Les pommes avaient été récoltées et transportées chez Monsieur Craquelin par l’équipe de travailleurs  de la production fruitière. Puis, avec le soutien technique de notre partenaire, l’équipe et son moniteur, avaient trié, broyé et pressé les pommes en utilisant les installations mises à disposition pour réaliser la première cuvée de cidre traditionnel.

Un cidre traditionnel

Pourquoi est – il traditionnel ? C’est en fait parce que, si les pommes sont broyées mécaniquement, le marc est pressé à la main dans deux pressoirs  en bois traditionnel du Pays de Caux.

imageLes 400 premières bouteilles de la cuvée Arcaux 2008 ont été vendues rapidement, remportant un franc succès auprès de nos clients ; ce qui nous a confortés dans notre engagement. Les cuvées 2009, 2010 et 2011 ont vu logiquement le volume de production augmenter pour atteindre avec  notre cuvée 2012, un volume de 2500 bouteilles d’une qualité prometteuse aux dires des privilégiés qui ont eu la primeur des dégustations.

 

 

1700 bouteilles de cidre brut et 800 bouteilles de cidre demi-sec  sont en vente au magasin « LE PANIER ARCAUX » depuis le début du mois de Mai. Mais, attention il n’y en aura peut être pas pour tout le monde !!!

Eric Benard, Educateur Technique Spécialisé responsable de l’exploitation fruitière.

Le travail des ateliers « Jardin », « Espaces Verts » et « Fruitier » en hiver

C’est la fin de l’automne… Les arbres se dénudent. C’est comme une pause, avant la dure saison qui s’avance à grands pas. C’est le début des brumes, crachins  et brouillards  qui précèdent le gel et le plus grand froid. Les jours sont  plus courts, le soleil est rare et puis l’on s’interroge sur ce qui se prépare… C’est un moment de repos qui s’amorce pour la végétation et le début d’un long travail de préparation et de rénovation pour nos équipes des ateliers « jardin », « espaces verts » et « fruitier ».

Parmi l’ensemble des travaux qu’ils ont à accomplir au cœur de l’hiver, ces trois ateliers ont un point commun : l’entretien et la remise en état du matériel et des locaux.

L’atelier « Jardin » :

C’est une équipe constituée de 11 travailleurs et d’une monitrice qui nous explique le travail réalisé durant l’hiver :

  • Vidange,
  • Graissage des engins agricoles,
  • Redressage des pièces abîmées par le labour,
  • Remise en état des 6 tunnels d’une longueur de 30 mètres chacun qui ont subi durant l’année les tempêtes et les intempéries. A cet effet, il faut procéder au redressage des arceaux qui  sont soumis  à rude épreuve avec le soleil et le vent, au rebouchage des trous dans les bâches ou bien effectuer leur remplacement.

imageIl faut par ailleurs mettre les circuits d’eau hors gel, réparer les fuites et les pièces défectueuses.

Le nettoyage, le rangement  et les travaux  d’intérieur  des locaux sont eux aussi de rigueur.

Ensuite, dans un second temps, vient la préparation de la terre dans les tunnels, sans oublier la culture des endives. Une couche de terre chaude est préparée  pour les semis de printemps et  les pieds de géranium mère sont surveillés pour les nouvelles boutures de février.

Côté jardin, il faut :

  • Épendre le fumier ou la chaux,
  • Préparer le terreau,
  • Planter l’ail d’hiver,
  • Couper les haies et nettoyer l’orée du bois.

Ensuite, les légumes du jardin (poireaux, mâche, céleri, carottes, radis, navets, pissenlits, scaroles) sont préparés et soit mis en vente au magasin, soit livrés dans le cadre des commandes des clients annuels (ATOFINA, CPAM, Défis ruraux…)

Enfin, la monitrice fait l’acquisition de plants, graines, contenants, bâches à légumes, petit matériel pour la saison à venir et procède au calcul du poids des produits phytosanitaires.

Les 4 ateliers « Espaces Verts » :

Chaque équipe est constituée d’un moniteur ou d’une monitrice et, selon les groupes, de  6 ou 7 travailleurs. Les activités en hiver sont diversifiées. Mis à part le ramassage des encombrants et containers qui sont une activité régulière toute l’année, ainsi que quelques chantiers réalisés chez des particuliers, de nombreuses tâches sont effectuées durant cette saison.

imageL’abattage des arbres, la préparation des stères de bois pour la vente l’année d’après, la taille des différentes haies et la pose de clôtures sur le domaine de l’Arcaux  restent les principales activités des ateliers espaces verts à cette période.

Fin novembre, c’est l’arrachage, la mise en pots et la livraison des sapins de Noël pour le magasin.

Cette année, comme l’an dernier, la neige était de nouveau présente et abondante au sein du parc du château. Ces perturbations auraient pu rendre la circulation délicate aux alentours du château. Et c’est dans le froid que les équipes « Espaces Verts » dégagent du mieux possible les allées et les routes dans l’intérêt de tous.

Bien évidemment, comme les autres ateliers, les équipes assurent le  nettoyage des garages, l’entretien et la remise en  état du matériel durant cette période abusivement dite « creuse » !

L’atelier « Fruitier » :

Cet atelier est composé d’un moniteur et de 10 travailleurs ; deux personnes sont détachées de cet atelier et travaillent  au magasin.

Fin octobre, c’est la fin des récoltes, le début du calibrage des pommes et des poires qui va durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. On commence par les variétés précoces (cox orange, elstar, reinette). Puis, on enchaîne avec les autres variétés (boskoop, golden, idared, canada, jonagored, jonagold et melrose). En ce qui concerne les poires, la priorité est donnée à la William rouge, puis respectivement à la Conférence et  la Comice.

imageUne année normale permet une production comprise entre 25 et 30 tonnes pour les poires et la même quantité pour  les pommes ! Tous ces fruits sont mis en caisses (environ 13kg/colis), avant d’être conditionnés en palettes.

Les pommes à cidre sont entreposées en sacs rasières de25 kg et les pommes à couteau sont réservées pour les jus de fruits.

Les pommes sont stockées en chambre froide à 5° et les poires à 0°.

 

Les clients habituels sont :

  • la cuisine Évolutive,
  • le M.I.N. de Rouen,
  • le magasin de l’Arcaux
  • divers particuliers.

Au cœur de l’hiver, l’équipe participe à l’arrachage et la mise en pots des sapins de Noël. Les chiffres de production sont en augmentation régulière au fil des années. En 2011, nous avons vendu environ 600 sapins ; ces sapins sont en partie sous traités par l’Esat d’Yvetot.

La confection des confitures, qui se fait toute l’année, perdure durant l’hiver. C’est une moyenne de fabrication comprise entre 2000 et 2500 pots qui sont effectués chaque saison. Six variétés sont disponibles (confitures et gelées).

Concernant le cidre, 1500 et 2000 bouteilles sont produites chaque année. Les pommes sont pressées en décembre et le cidre est mis en bouteille fin février. Un article lui sera pleinement consacré dans les mois à venir.

Reste durant l’hiver, l’entretien du verger (surface : 4ha), les tailles  des arbustes, la remise en état des fils, des plantations, du matériel agricole et du tracteur. Les traitements se feront dès le printemps.

C’est également au cours des saisons hivernales et printanières que sont mises en œuvre pour les usagers  les activités de soutien.

C’est ainsi que se déroule « la morte saison » au sein des ateliers « jardin », « espaces verts » » et « fruitier »… Mais, pour les personnels qui y travaillent, elle est loin, très loin de l’être !!!

Rédacteurs : I. Clément ; Y. Jourdaine

• Archives des articles
• Suivre l’Arcaux