ARCAUX de BOIS-HIMONT

L’Association de l’Aide Rurale Cauchoise (ARCAUX) est née le 8 juin 1961 de la volonté de Jean DEMAREST, Directeur de la Population (actuel Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé) et Joseph MOUSSET, Directeur de l’Institut Médico-Pédagogique (I.M.P) d’Etennemare. Ils voulaient qu’à leur sortie de l’I.M.P., ces jeunes de 15 ans puissent continuer à être pris en charge.

Grâce à 8 personnalités locales originaires de la région de YERVILLE et YVETOT, ils souhaitaient  créer une Association pour la mise au travail d’adolescents en situation de handicap mental en leur apprenant à traire les vaches, faire de l’élevage, entretenir un jardin potager. Ils voulaient aussi assurer de préférence à des pupilles d’avoir en plus le gîte et le couvert et leur permettre de se réinsérer en milieu rural en apportant une  contribution à l’exploitation agricole qui les accueillait et par là-même trouver une famille.

A ces fins, le premier Conseil d’Administration a décidé d’acheter ou faire construire un Etablissement en inscrivant au plan du Ministère de la Santé Publique ce projet. Monsieur Raoul DODELIN, maire de BOIS-HIMONT, faisait partie du Conseil d’Administration créateur de l’ARCAUX. Sachant que le château de BOIS-HIMONT mitoyen de son exploitation agricole était inoccupé, il pensa qu’il serait judicieux de proposer aux Apprentis Orphelins d’Auteuil, qui en avaient hérité au décès de sa propriétaire Madame la Marquise de la FAULOTE, de leur demander de le vendre avec les 25 hectares alentours. Cet achat fut signé en l’Etude de Maître TESNIERE à YVETOT grâce au concours de l’Abbé DAUBEUF, autre administrateur de l’Association, qui prêta le premier millier de francs de l’époque.

Les travaux de remise en état de l’aile droite du château commencèrent aussitôt pour accueillir 35 adolescents en dortoirs. A l’époque, les cuisines étaient en sous-sol et les salles à manger dans les actuelles salles de réception.

Sur le plan agricole, il y avait alors en termes d’élevage 2 vaches, 6 cochons et des lapins  ; il a été planté 4 ha de framboisiers et 3 ha de  pommiers et poiriers. Ces travaux furent financés par un prêt de 3.000.000 francs du Crédit Paysan de l’époque et un don de la Mutualité Sociale Agricole de 2.000.000 francs. Le prêt du Crédit Paysan fut cautionné par l’ensemble des administrateurs. Ceci ne serait probablement plus possible aujourd’hui.

Lorsque les travaux de l’aile gauche du château furent achevés, l’effectif fut porté à 70 adolescents, tous garçons, car la mixité n’était pas encore entrée dans les mœurs. Les deux seules femmes de la Maison étaient la secrétaire et la femme de ménage. Tous les éducateurs étaient des hommes jusqu’en 1966, date à laquelle la première éducatrice fut embauchée dans l’équipe ; ce qui changea un peu l’esprit de la Maison. La mixité sexuelle concernant les résidents n’y est installée qu’en 1997, soit plus de 30 ans après l’ouverture…

En 1976, l’équipe d’encadrement, dirigée par André LEHEUP, trouva que loger des adolescents de plus de 20 ans en chambres collectives de 6 à 12 personnes était inacceptable et il fut décidé de construire un foyer (actuel foyer Mousset) de 40 lits qui fut inauguré par le Préfet EYRAUD en 1978.

Deux extensions furent encore réalisées. Le foyer dit « Passerelle », parce qu’il était initialement destiné à accueillir des adultes qui se préparaient à intégrer le milieu ordinaire avec l’accompagnement du Service d’Accompagnement à la Vie Sociale.

Enfin en 1998, la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales (D.A.S.S) imposa de loger les adultes en chambres individuelles. C’est à cette époque que les logement de fonction de Mr LEHEUP, Directeur et de Mr COUTURIER, ainsi que l’étage de la blanchisserie ont été réhabilités et ont permis de libérer complètement le château. C’est également à ce moment qu’il a été décidé de transformer le château en gîte d’étape avec les concours du Fonds Européen de modernisation d’une part et du Conseil Régional et du Conseil Général d’autre part.

En 2000, constatant les premiers effets du vieillissements chez les résidents, l’Association  ARCAUX décidait de créer le Village Senior qui a ouvert le 1er décembre 2008 avec 12 studios de 30 m² comprenant salle de séjour, chambre, cuisine américaine et salle de douche.

Aujourd’hui, l’ARCAUX est composé de  5 établissements et services :

Au total, ce sont 75 salariés qui assurent l’accompagnement de l’ensemble des personnes en situation de handicap accueillies au quotidien.

• Archives des articles
• Suivre l’Arcaux
• Partenaires et financeurs